Ces quatre corvettes peuvent porter chacune 50 officiers, 2,000 fusils et autres pièces de rechange. Joseph Ier d'Espagne J’attache de l’importance à cette mesure pour que les manufactures d’Italie ne chôment pas et qu’elles ne soient pas forcées de recourir à la Suisse. Je désire que vous prépariez plusieurs autres expéditions pour Batavia : 1° la corvette la Diane, que j’ai à Cherbourg; 2° la corvette la Tactique; 3° une des corvettes que j’ai à Bayonne ; 4° la Diligente, qui est à Lorient. Sa Majesté n’a donc plus à se décider dans les affaires d’Espagne par les traités de Bayonne. Selon d’autres, l’Empereur y aurait consciemment cherché à immobiliser des forces britanniques, de peur qu’elles n'interviennent dans des débarquements britanniques visant à détruire les bases navales françaises en plein essor[11]. Enfin, alors que le retour de Ferdinand VII en 1813 nourrissait beaucoup d’espoirs chez ses sujets, son règne ne permit pas de résoudre la crise politique. La Constitution a été appelée La Pepa, nommé pour avoir été promulguée le jour de la Saint-Joseph (Pepe étant un surnom de Joseph en espagnol). Sa Majesté désire que Son Altesse Sérénissime traite la question suivante : Y aurait-il de l’inconvénient à ce que les ministres d’Etat, qui sont les vétérans de l’administration et dont le titre est à vie, fussent conseillers honoraires des cours impériales et eussent le droit d’y siéger sur un banc désigné à cet effet ? J’expédie beaucoup de bâtiments de France pour Batavia; mais, si vous trouvez chez vous à faire deux ou trois expéditions avant l’hiver, portant 2 ou 3,000 fusils, des vins, de la poudre, des draps, au compte de l’État ou des particuliers, faites-les sans perdre un moment. Deux frégates doivent partir de Saint-Malo, portant 400 hommes et 3,000 fusils. La Guerre d'Espagne, à cet égard, a bénéficié d'un traitement favorisé9, à la hauteur de la singularité très tôt reconnue au conflit, et qui a poussé bon nombre de ses acteurs à en conserver les traces. Ce n’est pas par Vienne, ou autre correspondance étrangère, qu’on doit apprendre ce que je fais. Envoyez au général Drouet le Moniteur d’aujourd’hui, qui contient les nouvelles du Portugal venues par la voie des journaux anglais. Il me semble que ce serait une machine qui pourrait servir dans tout événement. Que ne répète-t-il, d’après les journaux allemands, que je portais sur ma bouche la pan­toufle de la princesse Louise, que je ne connaissais même pas ? II est probable que, dans les mouvements qui vont avoir lieu entre la France et la Hollande, les flottilles auront besoin de se réfugier dans la Jahde et d’y être protégées par la terre. Vous désignerez un commissaire des guerres pour se rendre à Sion. Quant à votre état militaire, je n’ai rien à dire si vous exécutez les traités et si vous payez la solde de mes troupes ; mais il me revient de partout qu’elles ne sont point payées et qu’elles sont dans la plus fâcheuse position. Elles sont, en général, occupées par des hommes vieux, sans zèle et en place depuis dix ans. En 1815 il est au 3 e corps de la Grande Armée. Bayonne. Voyez quel chef de bataillon de distinction on pourrait y envoyer; il serait fait colonel à son arrivée et commanderait l’artillerie. Cette constitution n'a pas toujours été appliquée. Je pense qu’il est plus convenable d’imprimer les notes seules sans la lettre du sieur de Moustier. Qui vous empêche de donner des congés de semestre et de réduire votre armée ? Alors que les affaires vont de mal en pis en 1813, le MU annonce une vente, avec « grande affluence de monde », de « laines et bêtes à laine fine d'Espagne, dans l'établissement impérial et rural de Rambouillet » {MU, 8 juillet 1813). Sous prétexte d’envoyer des renforts à Junot, il fit entrer en Espagne une armée commandée par Murat comme l'y autorisait le traité de Fontainebleau. L’expédi­tion de Nantes, ainsi que celle de Saint-Malo, et la Sapho, qui doit partir de Bordeaux, sont destinées pour Batavia. Mettez surtout en Hollande de bons directeurs d’artillerie et du génie. Mon intention est que les officiers d’artillerie et du génie en rési­dence en Hollande soient Français, et que vous donniez aux officiers hollandais en résidence de l’emploi dans les autres parties de la France. Ecrivez au duc de Dalmatie pour lui faire connaître ce que disent les Anglais de l’armée de Portugal, et lui faire comprendre l’impor­tance de faire une diversion en faveur de cette armée. La guerre d’indépendance espagnole 1808-1814, Paris, Nouveau Monde éditions, fondation Napoléon, 2003. Le 5 e régiment de dragons (ou 5 e RD), est une unité de cavalerie de l'armée française, créé sous la Révolution à partir du régiment Colonel-Général dragons, un régiment français d'Ancien Régime. Aussi je prie Votre Majesté d’être persuadée qu’elle et moi lui sommes également attachés. Envoyez-en une note au duc de Dalmatie, et témoignez-lui mon mécontentement de ce que les divisions espagnoles soient arrivées à Lisbonne et qu’il ne fasse rien. Il ne resta que quelques mois (novembre 1808 – janvier 1809) en Espagne mais son intervention assura la reprise en main des villes par les Français. Il est fort égal qu’il demeure où il veut. Plon. Il me semble qu’il serait convenable de placer les 5e bataillons dans les départements qui doivent recruter les régiments; cela rendrait le recrutement plus facile. Il est très important qu’on puisse correspondre avec l’armée de Portugal, pour que, pendant tout le temps que les Anglais ne seront pas rembarqués, on puisse pourvoir à assurer ses derrières. L’armée française était partout attaquée. Ils ne voulaient pas l’exécuter, puisqu’ils ne voulaient échanger qu’un nombre de Français contre un même nom­bre d’Anglais, laissant ainsi en suspens et en prison les deux tiers des Français, ainsi que leurs alliés. Il me parait que le décret de la Bavière du 21 octobre ne parle pas des marchandises existantes. Vous préviendrez le commandant de ces bricks qu’il sera sous les ordres du gouverneur général, et sous le commandement du com­mandant des frégates françaises ; qu’il fait partie de la garnison et qu’il doit se dévouer en tout à la défense de Corfou. La dégradation de la situation inquiétait Napoléon. Le 17 avril 1810, l'ensemble des forces pénétrant au Portugal sont regroupées dans une armée de Portugal, qui conserve ce nom après son retour en Espagne et jusqu'à la réorganisation des armées en Espagne en juill… Ramón Chao , " Memoires apocryphes d'un officier napoléonien en Espagne " Ed. J’ai pris un décret là-dessus. Ils sont partis au mois de juin. Si on ne l’a pas fait, témoignez-en mon méconten­tement. Monsieur le Duc de Feltre, la cour de Vienne licencie les officiers et soldats français qui sont à son service; dans un seul régiment il y en a plus de 400. Je crois difficilement qu’à l’endroit où est la caserne de Naples, où l’on peut mettre une frégate, on ne puisse pas mettre un vaisseau. Ils seront chargés de recevoir à Passau, des mains des commissaires autrichiens, tous les officiers, sous-officiers et soldats français des provinces en deçà et au delà des Alpes. Mon Frère, je reçois vos lettres du 31 octobre. Monsieur le Duc de Frioul, sur les fonds que vous avez dans les mains, vous remettrez, chaque mois, 250 francs à Mme Simon, femme du général Simon blessé aux dernières affaires de Portugal et prisonnier en Angleterre. C’est une chose très importante que de relever les manufactures de Tours. Donnez l’autorisation à mon consul général de conclure des marchés pour acheter 2,000 grands mâts et un millier de mâts d’assortiment ; ce qui, avec les 1,000 mâts qui partent, ferait 4,000 mâts. Quand des levées sont faites à la hâte, elles sont plus coûteuses et moins bonnes ; vous épuisez ainsi vos finances sans raison : 15,000 Napolitains étaient suffisants. Monsieur le Duc de Cadore, présentez-moi un projet de réponse à faire à M. Kourakine, fort polie, fort douce, mais qui contienne du moins les vérités qu’il est bon que la Russie connaisse. Il parait que le département de la Stura va mal. Je ne puis ratifier de pareilles idées. Le préfet et le secrétaire général sont mal ensemble. Je désire que cette même séance vous lisiez le rapport sur les négociations rela­tives à l’échange des prisonniers. Ce fut aussi la dévastation humaine et matérielle du pays, privé de sa puissance navale et exclu des principales questions qui furent discutées lors du congrès de Vienne, où le paysage géopolitique ultérieur de l'Europe fut bouleversé. Monsieur le Comte Decrès, dans l’état de situation de la marine de France, vous ne portez pas le brick le Saint-Philippe, un demi-chebec appelé le Joubert, deux felouques, trois chaloupes canon­nières, une barque armée et cinq barques courrières, en tout treize bâtiments qui sont à Corfou. J’ai nommé une commission, mais elle a pris les choses de trop haut. Il pourra y mettre la couleur de la circonstance. La carte dont parle M. de Narbonne m’est nécessaire, mais j’en ferai donner une copie à la Bavière. Nous sommes aujourd’hui en temps de paix ; nous pouvons facilement tenir un millier d’hommes dans cette île. Il pourrait tirer ce qu’il a à Avila, en fai­sant occuper cette place par des détachements faisant partie de l’armée du centre. Tâchez d’y envoyer 25 milliers de poudre, 500,000 cartouches et les effets d’artillerie dont la note est ci-jointe. Il ne faut pas qu’elle passe sur le territoire suisse, mais qu’elle passe par la Meillerie et Saint-Maurice. II faut s’attendre qu’aussitôt qu’on saura en Angleterre le mouillage de ces frégates on enverra de nouvelles forces pour les attaquer. Mon Fils, je ne puis prendre le décret qui prohibe la sortie des grains du royaume d’Italie pour France. Sa Majesté reconnaîtra encore ce traité, si les insurgés le reconnaissent de bonne grâce et se montrent désireux d’épargner le sang qui doit être encore répandu. Vous aurez soin que les vivres soient assurés à la troupe pour six jours. Juan Martín Díez Je désire que vous me présentiez un rapport qui me fasse connaître ce que le royaume d’Italie a d’enclaves dans le département des Apennins et dans les départements de la Toscane, et le mode le plus simple de poser les limites de la Toscane avec la Romagne et des Apennins avec Reggio et Modène. Je n’en­tends point qu’ils y mettent aucune modification. Le 2 mai 1808, appréhendant l’enlèvement de l’infant de la famille royale par la France, la population madrilène se souleva contre les troupes françaises, au moment même où Ferdinand et Charles se disputaient le trône d'Espagne devant l'Empereur. Ces marchandises ont été adressées à des négo­ciants de Bordeaux, qui, moyennant le fait de la réunion, n’auront pas à s’en mêler. Monsieur le Duc de Cadore, je vous prie de me faire un rapport sur la démarcation des frontières du royaume d’Italie et de la France. Le général Berthier aura donc plus de 4,000 hommes sous ses ordres. Tâtez M. de Cetto là-dessus. Plan du site Soldats de la Grande Armée. Prévenez ma mission à Munich du retour de tous ces Français. A quoi bon payer les pensionnaires de la Maison d’Autriche, qui ne nous regardent pas ? Cet arrangement me parait convenable. Déjà plusieurs fois on s’est occupé de cet objet important. Faites-moi un rapport sur les moyens d’y remédier. – 8 septembre 1808 – Approbation par le Sénat d'une levée extraordinaire de 160 000 soldats ; elle regroupe les dispensés des classes de 1807 à 1809 et les conscrits de celle de 1810 appelés par anticipation. Deux bâtiments viennent d’arriver à Bordeaux, venant de Java. En 1810, une nouvelle grande vente a lieu à Bayonne et une autre à Paris, au Conservatoire des Arts et Métiers {MU, 14 mars 1810). Si au lieu de 40,000 hommes vous n’en aviez que 15 ou 20,000, vous seriez riche. Entre-temps, l'Empereur a réuni à l'Empire les quatre provinces du nord de l'Espagne (février 1810). Si jamais les Anglais s’en emparaient, cette position vous serait aussi funeste que celle de la Sicile. Je désire bien que vous ayez à Otrante douze ou quinze courrières ou parancelles pour accélérer les transports. En lui écrivant par l’esta­fette d’aujourd’hui, il recevra la lettre le 7 ; vous aurez soin de recom­mander au gouverneur général à Turin de la faire passer par courrier extraordinaire. Il y a beaucoup de généraux hollandais que vous pouvez placer dans les armées et dans les départements au delà des Alpes. j'ai toujours été sceptique quant à ces souvenances émises par la famille... Merci de vouloir bien éclairer mes lanternes.... . En­voyez-lui un courrier extraordinaire. D’Angleterre, cela est impossible; de Suisse ou d’Al­lemagne, cela ne convient pas et cela aurait trop d’inconvénients. A leur arrivée, ils auraient le brevet du grade supérieur à leur grade actuel. Ferdinand, devenu Ferdinand VII, prit le pouvoir. Les nouvelles que je reçois du Valais étant satisfaisantes, mandez au général Berthier que je désire qu’il fasse rentrer à Genève le général Fiteau et toute la colonne qui est venue de Genève, ce qui soulagera le pays ; que, aussitôt que le serment d’obéissance aura été prêté dans le Valais, il fasse rentrer les troupes italiennes en Italie; et ne garde auprès de lui que le 23e d’infanterie légère ; que je le laisse maître d’exécuter ces ordres selon les circonstances. Jean-Baptiste Bessières Je suppose que vous avez fait connaître aux négociants que l’intro­duction des cotons du Levant, qui avait lieu par l’Illyrie et l’Italie, doit se faire désormais par mer et par la Save; le transit sera libre et aura lieu sans aucuns frais. Ce département sera divisé en trois sous-préfectures et douze cantons. Je désire avoir un rapport qui me mette à même de liquider ce que je dois aux corps, et que je cesse de leur entendre dire que tout est en mauvais état parce que le ministre leur doit. Vous ajouterez à ces six canonnières deux trabacoli et une felouque. Il sera convenable de placer, au 1er janvier prochain, un des 5e bataillons du dépôt à Berg-op-Zoom ; faites-moi connaître les lieux où il faudrait placer les autres dépôts. Qui est-ce qui empêche­rait qu’il y eût un bureau qui escomptât ces lettres de change jusqu’à concurrence d’un million, en se saisissant des marchandises pour garantie ? J’espère qu’après la lettre que je vous écris, je n’aurai plus occasion de témoigner mon mécontentement. Je vais me faire rendre compte de la demande que vous faites de faire venir vos blés d’Amérique. L’Espagne retrouva ses divisions entre libéraux et ultra-conservateurs. A M. Deponthon, colonel du génie, secrétaire du cabinet de l’Empereur. Cependant, pour la Hollande, je n’en prends que 7,000, parce que je ne demande que 1,400 Hollandais et 5,600 étrangers; c’est donc moitié moins que ne fournit la France. Un royaume comme Naples, ayant 4 ou 5 millions de population, doit avoir, s’il est bien administré, 80 millions de francs ; Milan en 1130; mais tout cela est mal administré. 2° Le reste des payements se fera à mesure des versements à Danzig et à Lubeck ; et, comme Danzig et Lubeck m’appartiennent, quand je ferai les payements, les mâts seront déjà rendus chez moi. Elle aurait l’avantage de mettre entre les mains du gouvernement, avec la réserve de Paris, 1,500,000 quintaux, qui four­niraient le moyen de parer à l’événement d’une mauvaise récolte à venir. 2. Au reste, je vous en ai tant dit et écrit là-dessus que vous en savez autant que moi. On a besoin à Milan de toiles de coton blanches et écran, ainsi que de coton filé jusqu’au n° 100. Concertez-vous avec ce ministre pour l’objet de ce rapport, et occupez-vous de faire dresser un programme. Je crois que vous avez donné ordre à la brigade portugaise qui part de Genève pour Martigny de passer à Villeneuve. Faites-lui payer ce secours mensuel depuis le 1er septembre dernier. L’Impératrice se porte très bien et n’éprouve aucune des incommodités attachées à son état. Quant aux 30,000 fusils, vous ferez connaître que j’en ai très peu à Magdeburg, et que je ne puis les fournir qu’en partie de l’ar­senal de Mayence et en partie de l’arsenal de Strasbourg. – 12 juillet 1813 – Soult prend le commandement de l'armée d'Espagne. Je connais peu de dépenses plus importantes que celle-là. Dissous en 2003, il est recréé le 12 juillet 2016, dans le cadre de la remontée en puissance de l'Armée de terre (« Au contact »). Le général Berthier pourra être le 10 ou le 11 à Sion. Faites comprendre au général Drouet qu’il me tarde fort d’avoir des nouvelles de l’armée de Portugal; que cela est important sous tous les points de vue, et qu’il faut que les commu­nications soient rétablies de manière à avoir des nouvelles, sinon tous les jours, au moins tous les huit jours. Mon intention est qu’au reçu de la présente vous fassiez partir, de la manière la plus convenable, pour Corfou, six des huit canonnières qui composent la division de ma marine italienne en station sur les côtes d’Illyrie. A M. Gaudin, duc de Gaète, ministre des finances, à Paris. NOTE POUR LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR, DICTÉE EN CONSEIL DU COMMERCE. À ce moment, un coup d’État dirigé en sous-main par l’infant Ferdinand, renversa le roi Charles IV. Faites-moi un rapport là-dessus. Mon Fils, je réponds à votre lettre du 11 novembre. Ce n’est pas quand vous avec un déficit que vous devez me consulter, c’est avant de lever des corps napolitains inutiles. Par ordre de l’Empereur, le ministre de l’intérieur, Au comte Mollien, ministre du trésor public, à Paris. C’est donc quatre expéditions destinées pour Batavia, portant 1,100 hommes et 9,000 fusils. Mais il ne put y rester longtemps. Les bataillons autrichiens sont de huit compagnies ; ainsi quatre bataillons formeraient trente-deux compagnies ; ce serait donc la même chose qu’un régiment français au grand complet. Ce fut la première défaite retentissante de l’armée impériale en Europe continentale. Mon Fils, faites partir de Venise deux bricks ; je les laisse à votre choix : ou l’Éridan, ou la Charlotte, ou le Mameluk, ou le Lépanie. Écrivez donc au comte Otto pour que tous les Français cisalpins ou transalpins viennent par Passau à Strasbourg, et pour que tous les Vénitiens et Milanais seuls aillent à Villach. On embar­querait une cinquantaine de ces employés sur les différents bâtiments. Vous trouverez un décret pour cet objet et pour le recrutement de la gendarmerie à cheval, qui se fera dans les régiments de cavalerie. Le duc de Monteleone ayant ses biens en Sicile et en Amérique, il est tout simple et juste que les créanciers attendent et qu’on vienne au secours de ce citoyen. — J’ai ordonné : 1° qu’il partit de Rochefort une expédition composée d’un vaisseau et de deux frégates portant 1,000 hommes, 2,400 fusils et autres munitions de guerre néces­saires à l’île de France; 2° qu’il partit de Brest trois frégates portant 1,500 hommes et 2,400 fusils. L’insurrection se généralisa à tout le pays après que Napoléon eut obtenu l’abdication du roi d’Espagne au profit du frère de l’empereur, Joseph. En attendant, voici ce que je crois qu’on pourrait ordonner : on pourrait ordonner que les magasins de blé qui sont très considérables ren­trassent dans l’intérieur pour la consommation du royaume. Je crois devoir le réunir à Alexandrie. Je vois que votre déficit provient de ce que vous avez la simplicité de tenir sur pied 40,000 Napolitains, qui ne peuvent pas vous servir. Mon intention est que les Français aient le droit de faire le com­merce à Francfort, et que des maisons de commerce françaises puis­sent s’y établir. Cependant, il ouvrit également une ère de guerres civiles entre les partisans de l'absolutisme et du libéralisme, appelées guerres carlistes, qui allaient s'étendre au long du XIXe siècle et qui marquèrent l'évolution du pays. La Bavière y perdrait quelque chose en population, mais elle y gagnerait en ce qu’elle acquerrait une bonne population allemande, au lieu d’une population qui ne lui rend rien. Je lui ai répondu qu’il fallait qu’il traitât avec vous et vous fit une note qui expliquât ses désirs. L’autre brigade pourrait être com­posée des quatre bataillons du 18′ léger et des 5% 11% 23* et 81(de ligne, formant 2,400 hommes. Batavia. Sa Majesté, étant dans l’intention de supprimer les impositions, ou du moins une partie d’entre elles, dont la perception, peu d’accord avec les habitudes du pays, tourmente les habitants, et qui d’ailleurs rapportent à peine leurs frais, désire que, dans le nouveau rapport qu’elle me demande, je fasse sentir l’avantage de cette suppression, de manière à la présenter comme une compensation du désagrément que fera éprouver au pays l’organisation en un seul département. Le contrôle des campagnes restait difficile. Vous les lesterez en fers et en boulets qui vous sont également indiqués dans ledit état. Vous recevrez le décret que j’ai pris pour réunir ce petit pays à la France. À Madrid, des rumeurs affirmaient que la famille royale espagnole était retenue en otage par Napoléon à Bayonne. Indépendamment de ceux que j’y envoie, j’ai chargé le ministre de la guerre d’y destiner 1,000 capitaines, lieutenants, sous-lieutenants et sergents. Vous ne manquerez pas d’observer que chaque million d’hommes en France fournit 15 à 20,000 hom­mes sous les armes. Il faudrait qu’il donnât au général Gardane, ou à tout autre général, une force de 6,000 hommes avec six pièces de canon pour rouvrir la commu­nication, et qu’un autre corps de même force se trouvât à Almeida pour correspondre avec ce général. Il y a beaucoup d’hommes isolés qui pourraient servir à cet objet. J’approuve que les brigades à pied de gendarmerie soient réduites à 6 hommes, et que les 300 brigades des dix départements de l’ouest soient réduites à 150 brigades. Les armateurs seraient amplement payés par la libre exportation des denrées coloniales. Donnez des ordres et profitez du moment où le change est très bas pour avoir ces mâts à bon marché. Relevez la sonde et la position de ces deux rochers. L'armée, qui avait soutenu les déclarations, avait des tendances libérales qui rendaient la position du roi ténue. La brigade du général Gareau, qui est forte de 2,000 hommes, en ferait partie. En 1807, le Portugal refusant d'appliquer le Blocus continental, Napoléon décida d'envoyer ses troupes dans la péninsule, officiellement pour envahir le Portugal qui représentait une faille notable dans son dispositif.