1940. Miroir de nos peines commence le 6 avril 1940. « Miroir de nos peines », de Pierre Lemaitre, Albin Michel, 544 p., 22,90 €. Et en audio, si vous avez l’occasion. 10 commentaires pour Miroir de nos peines. Miroir de nos peines nous emmène dans la France des années 1940, au moment où des millions de personnes prennent la route pour fuir vers le Sud à l’approche des troupes allemandes. • Miroir de nos peines, de Pierre Lemaitre, Albin Michel, 540 p., 22,90 €. Dans Miroir de nos peines, paru en janvier 2020 chez Albin Michel, Pierre Lemaitre redonne à l’adjectif « haut en couleur ». Avril 1940. Je vous recommande donc cette lecture. Tu connais « La puce à l’oreille » de Claude Duneton ?Il explore les origines de ces expressions ( je me souviens très bien de jeter son bonnet par dessus les moulins ) . Une période tragique et absurde, où le pays et les gens changent totalement. Pour comprendre la scène tragique qu’elle vient de vivre, elle devra plonger dans la folie d’une période sans équivalent dans l’histoire où la France toute entière, saisie par l Gibert.com - Miroir de nos peines - Pierre Lemaitre - littérature française - Livres pas cher - Neuf et Occasion Louise, 30 ans, court, nue, comme folle, boulevard du Montparnasse. Plutôt que de suivre deux héros déserteurs sur les routes, du côté de la … Najda. 24/08/2020 à 14:44. je viens de lire le dernier de la trilogie : Miroir de nos peines. Cédric Moreau Une conclusion qui souffre la comparaison Avec Miroir de nos peines – peut-être le roman le plus attendu de ce début d'année –, Pierre Lemaitre clôt sa trilogie de l'entre-deux guerres débutée avec Au revoir là-haut en 2013, un roman qui a obtenu le prix Goncourt la même année. ses lettres de noblesse.. Ses personnages ont tous un je-ne-sais-quoi de piquant et original, qu’ils nous attendrissent ou nous agacent. En 1940, des soldats massés dans un fort de l’est de la France s’ennuient et s’enivrent. Voici le troisième et dernier roman de sa saga romanesque "Les Enfants du désastre". C’est la drôle de guerre, puis l’exode; l’armée allemande va fondre sur Paris mais personne, côté français, ne voit rien venir. Ce sera « Couleurs de l’incendie » puis, aujourd’hui, « Miroir de nos peines » qui clôt la trilogie. Pour rien, juste pour le plaisir. Pierre Lemaitre aime les « bad boys », les garçons sans foi ni loi, pas antipathiques, mais prêts à tout pour s’enrichir, et surtout à faire le mal pour le mal. lectriceencampagne dit : 25 février 2020 à 8 h 26 min. Ah, les expressions imagées de notre langue ! J’ai passé un très agréable moment en compagnie de Louise, Gabriel, Raoul, Fernand, Monsieur Jules et Désiré – quel personnage ! J’ai aimé Miroir de nos peines, je l’ai trouvé bien écrit et très bien lu. La France vit sur ses idées reçues : l’armée française est forte, la ligne Maginot infranchissable. L’hypocrisie ambiante est à son comble.